L’édito d’Yves Mont-Rouge : « Vivement qu’on sorte de cette tambouille politique! »

« Les gens », pour reprendre une expression si chère à Mélenchon sont parfois marrants : c’est la réflexion que je me suis faite hier en lisant dans la presse nationale les résultats d’un premier sondage réalisé quelques jours seulement après la passation de pouvoir à l’Elysée, après la nomination du Premier ministre et après l’annonce de la composition du nouveau gouvernement.

Et que dit ce sondage ? Que  « 62% des Français sont satisfaits de Macron ». Lol ! Mais le sondage ne va pas plus loin. Les sondeurs auraient pu creuser un tant soit peu la question : « satisfait de quoi ? ».  C’est vrai ça, ils sont « satisfaits » de quoi au fait ? Satisfaits que le Président Emmanuel Macron ait nommé un ministre de droite en la personne d’Edouard Philippe, le maire Juppéiste du Havre ? Satisfaits que le chef de l’Etat ait « recyclé » des socialistes et quelques élus « LR » dans son gouvernement restreint ? Satisfaits des tailleurs de luxe de Brigitte Macron ? Satisfaits de la visite du Président à la chancelière allemande Angela Merckel alors même que son gouvernement n’était pas encore composé en France ? Satisfaits du voyage du chef de l’Etat en Afrique pour rencontrer des soldats français qui font la guerre ? On ne le saura pas. Mais ce qu’il faudra retenir, c’est que les Français sont « satisfaits à 62% ». Alé rodé !

A se demander dans quel état d’esprit (ou de transe) seront-ils le jour où le nouveau Président de la République et son gouvernement prendront des mesures concrètes susceptibles de changer réellement le quotidien des plus démunis, des précaires et même de cette classe moyenne qui bosse dur et qui paye tout… Cette classe moyenne qui se lève tôt et qui « trime » du matin au soir pour alimenter les caisses de la solidarité. Vivement des actions fortes et tangibles Monsieur le Président de la République !

Mais pour cela, je sais, vous êtes un  peu coincé aux entournures, car il faudra encore attendre la fin des législatives le 18 juin prochain pour savoir quelle majorité va sortir du chapeau. La position de Macron, il faut l’admettre, n’est pas très confortable : un pied à droite, un autre à gauche et le derrière au centre. Du grand écart douloureux en somme ! Vivement le 18 juin !

En attendant on assiste localement à quelques grands numéros de cirque. A commencer par celui du PS dont certains députés sortants ne savent plus comment faire pour cacher, machouiller, piétiner leur étiquette PS dont ils ont honte. N’est-ce pas Jean-Jacques Vlody ? Le député sortant de la 3ème circonscription va s’abimer l’abdomen à ce rythme là tant il ne cesse de ramper ventre à terre et toute langue dehors face à Macron. Monique Orphé dans la 6ème circonscription croit que l’investiture de « la République en marche » va lui permettre de réaliser un miracle.

Du côté de  « la République en marche », justement, c’est assez comique aussi : Carine Garcia voulait être investie dans la 2ème, elle a atterri dans la 3ème. Normal, les investitures sont concoctées directement à Paris par un référent Outre-mer qui ne connaît pas notre géographie. En revanche, en venant à la Réunion, Mr Dubois a pris le temps de connaître Anaïs Patel qui, à la grande surprise de Brigitte Hoarau, l’avocate de la Petite-Ile, a été investie. C’était plus le souhait de Mr Dubois que celui de Mme Patel. Allez comprendre ! Comme quoi, faut pas aller chercher très loin les critères pour obtenir une investiture. Et dire que dans la 4ème circonscription, c’est Brigitte Hoarau qui a fait tout le boulot pour Emmanuel Macron et ce dès le premier tour de la présidentielle, pendant que Mme Patel était occupée, aux côtés de son député de la 3ème dont elle était l’attachée parlementaire à faire campagne en faveur de Benoît Hamon, le candidat socialiste. A ne plus rien comprendre là encore ! La politique est vraiment cruelle.

Et s’il y a une qui doit la digérer mal cette histoire d’investiture, c’est bien Karine Nabénésa. Premier soutien de Mr Macron à la Réunion, elle a vu l’investiture lui passer sous le nez au profit d’une socialiste, Mme Orphé. Alé dit partout !

On remarquera aussi que dans la 2ème circonscription, La Majorité présidentielle n’a positionné personne face à Mme Huguette Bello, grand soutien et « marraine » de Jean-Luc Mélenchon à la Réunion. Zot i comprend un affaire ?

Du côté de LPA, c’est également très rigolo. Bien qu’ayant reçu un gros coup de pied au cul, Thierry Robert garde quand même toutes dents dehors lorsqu’il parle d’Emmanuel Macron. Il le félicite pour le choix de son Premier ministre de droite et pour la composition de son gouvernement « la mélange » semblable au sandwich « dakatine/z’achard ». Mieux, le maire de Saint-André  adhère complètement au programme du Président de la République. Il l’a dit lors de sa conférence de presse. Mais au LPA, c’est surtout « dent blanc, cœur noir » comme on dit en créole. La preuve, Thierry Robert n’a pas manqué de parachuter Karine Nabénésa dans la première circonscription là où « La République en marche » n’a présenté aucun candidat face à la députée sortante socialiste et ancienne ministre des Outre-mers Ericka Bareigts. Plus vicieux encore, Thierry Robert usant cette fois de l’étiquette MoDem a positionné le jeune Stéphane Randrianarivelo dans la 2ème face à Huguette Bello et Clémendeau Hoarau dans la 3ème. Pourquoi ?

Au PCR, les choses ne sont pas simples. Le Parti a organisé un grand rassemblement hier à Sainte-Suzanne pour bien officialiser ses candidats aux législatives à savoir le duo « Julie Pontalba/ Stéphane Ducamp » dans la 1ère, « Max Banon/Audrey Minatchy » dans la 4ème et « Gilles Leperlier/Nicole Virapinmodelly » dans la 5ème. Mais pas de sanction pour autant contre Patricia Coutandy, adjointe de Maurice Gironcel à la mairie de Sainte-Suzanne, qui se présente aussi dans la 5ème circonscription.

Pas de sanction non plus à droite où, dans la 5èmetoujours, Jean-Luc Julie, collaborateur de cabinet de Didier Robert à la Région se présente contre Daniel Gonthier, le candidat investi par la plateforme. Pas de sanction contre Sandra Sinimalé, investie « LR », qui se présente dans la 7ème face à Fabrice Marouvin, investie par la plateforme. En revanche, sanction (retrait des délégations) contre Hermann Rifosta (ex adjoint de la majorité municipale à Saint-Pierre) qui se présente dans la 4ème contre David Lorion, candidat estampillé « plateforme » de la droite.

Tous partis politique confondus, ces législatives s’apparentent à du bon gros « gloubiboulga » indigeste qui, une fois n’est pas coutume, fera à n’en pas douter fuir les électeurs, lesquels iront grossir le taux des abstentionnistes qui restera le premier parti au terme de ce scrutin pour la députation. Vivement quand même la fin de ces élections le 18 juin prochain pour qu’une majorité puisse se dégager et pour que le Président de la République puisse se mettre au boulot. Pour l’heure, nous ne sommes pas encore sortis de la « tambouille » politique et des arrangements entre copains-coquins derrière la cuisine.

Yves Mont-Rouge


Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "L’édito d’Yves Mont-Rouge : « Vivement qu’on sorte de cette tambouille politique! »"

Notifier
avatar
Trier par:   le plus récent | le plus vieux | le mieux noté
malzack
Invité

Y’en a qui vont rire jaune.

wpDiscuz

Trafic routier

  • 16h31
    Sainte-Marie
    Piéton sur la 4 voies à proximité de Gillot, direction Sainte-Marie
  • 16h06
    Possession
    Piéton qui marche sur la 4 voies, en face de la station de la ravine à marquet, direction l'Ouest
  • 15h24
    Saint-Pierre
    Un pneu au milieu de la chaussée, avant le pont à proximité du Macdo, direction le Tampon
  • 15h08
    Saint-Paul
    Escabeau sur la chaussée, voie de dépassement, sur la 4 voies, avant l'entrée de la ville de Saint-Paul, direction Saint-Pïerre