1 er tour des législatives à La Réunion : attention surprises ! /l’analyse d’Yves Mont- Rouge à J-2 du scrutin

Quel sera « l’effet Macron » sur ces législatives ? C’est tout l’enjeu de ce scrutin pour le nouveau Président de la République Emmanuel Macron dont l’élection a bouleversé tous les codes politiques. Vivra-t- on les 11 et 18 juin prochains le même tournant que lors de la présidentielle ?
Tout est aujourd’hui possible en politique où, souvent, quand « i couv’ ti poule, i sort’ ti canard ».

Ce scrutin des législatives pourrait réserver son lot de surprises. Tout d’abord, d’après les derniers sondages parus dans l’hexagone, l’abstention pourrait atteindre un record historique. Il est vrai que ces élections n’ont jamais mobilisé la grande foule.
Une fois ne sera pas coutume. Le nombre important de candidats par circonscription a toujours eu pour effet de dissuader les électeurs. Ils seront plus de 8000 candidats à briguer les 577 postes disponibles à l’Assemblée nationale (89 candidats pour 7 postes à La Réunion). Les mêmes sondages publiés ces derniers jours en métropole font état d’une vague spectaculaire en faveur de «La République en Marche /MoDem, les mouvements qui sont au pouvoir. Ainsi donc, la LRM/MoDem arriverait en tête avec une fourchette de 350-390 députés, suivis de « LR » (Les Républicains) avec 130-140 sièges, puis du PS (avec une trentaine de sièges),etc… Toujours selon les sondages, La République en marche continuerait à surfer sur la vague des présidentielles, les Républicains se maintiendraient en seconde position sur l’échiquier politique tandis que le PS serait laminé, un peu comme en 1993. Mais ce ne sont que des sondages…
A La Réunion, cette campagne des législatives a été calme, en dépit du nombre croissant de candidats. Mais les mentalités évoluent, le mode opératoire également. Exit les grands meetings bruyants (à quelques exceptions près), ainsi que les voitures bariolées d’affiches qui crachent via les sonos des décibels à longueur de journée en arpentant les rues ! Les « nouvelles têtes » semblent avoir instauré une autre façon de mener campagne, en privilégiant les réunions-cafés et le porte-à- porte pour plus de contacts et de rencontres directes avec la population. Une façon de faire qui tranche avec celle dont avaient recours jusqu’ici les représentants des partis traditionnels. Tout change. Le monde bouge. La donne politique n’est plus la même. A l’instar de ce qui s’est produit lors de la présidentielle –l’élection d’un candidat inconnu un an auparavant –, plus rien ne surprend aujourd’hui en politique, et il faut à présent s’attendre à tout. Autrement dit tout est possible. En d’autre temps, on aurait pu à la veille de ces prochaines législatives s’autoriser quelques pronostics sans prendre le risque de se retrouver complètement à côté de la plaque le soir du scrutin. On aurait pu à la lumière de quelques paramètres classiques pronostiquer une victoire au second tour d’Ericka Bareigts dans la 1 ère circonscription, d’Huguette Bello dans la 2 ème , de David Lorion dans la 4 ème , de Daniel Gonthier dans la 5 ème ou encore de Thierry Robert dans la 7 ème . Mais depuis le glissement politique des « plaques tectoniques » traditionnelles survenu en mai dernier avec l’ascension de Macron, le champ des possibles est large, très large. Tout peut arriver. Sans compter qu’à La Réunion, les trois partis arrivés en tête, à savoir « La France insoumise », « Le Front national » et « En marche » (devenu depuis La République en marche » ont relégué les partis traditionnels au second rang.
Certes, la cassure ne sera vraisemblablement pas aussi marquée que lors de la présidentielle, mais à travers le vote opéré il y a un peu plus d’un mois, il ne fait aucun doute que l’électorat souhaitede « nouveaux visages » et donc un renouvellement de la classe politique pour une nouvelle gouvernance et un nouveau projet. Mais quel sera le poids des maires, notamment à La Réunion ? Continueront-ils à peser sur ces élections? C’est tout l’enjeu du scrutin des 11 et 18 juin. Si oui, hormis Huguette Bello dont la personnalité transcende les clivages politiques, on peut dire qu’Ericka Bareigts (1 ère ), Jacquet Hoarau (3 ème ), David Lorion (4 ème ), Daniel Gonthier (5 ème ), Nadia Ramassamy (6 ème ) et Thierry Robert pourraient passer aisément la ligne d’arrivée le 18 juin prochain. Si non, des surprises sont à prévoir. Et c’est d’ailleurs ce deuxième cas de figure qui risque de se produire car l’arithmétique et la politique ne font pas bon ménage. Sans compter que les « coups fourrés » pourraient fortement influer sur le résultat final.

Dans la 1 ère circonscription : Ericka Bareigts joue gros

La député sortante et ancienne ministre de l’Outre mer et secrétaire d’Etat à l’Egalité réelle a beau se cacher derrière son maire Gilbert Annette – qui a soutenu dès le premier tour Emmanuel Macron – pour se revendiquer de la Majorité présidentielle, mais les électeurs ne sont pas dupes. Elle a a défendu Benoît Hamon et elle porte quoi qu’elle en dise la responsabilité du bilan jugé « catastrophique » de 5 ans de socialisme incarné par le Président Hollande qui a préféré jeté l’éponge car conscient de son impopularité historique. Ericka Bareigts se retrouve face à pas moins de 16 adversaires dont le principal, le candidat de la plateforme de la droite, c’est-à- dire Jean-Jacques Morel. Dans cette même circonscription, il faudra aussi compter sur Karine Nabenesa (LPA)qui, à juste titre, n’a jamais manqué de rappeler sa fidélité et son soutien actif à Emmanuel Macron, dès décembre dernier. Mais on sait que Gilbert Annette, maire de la plus grande commune de l’Outre-mer, s’est engagé personnellement dans ces élections aux côtés de sa belle- fille, laquelle a incontestablement bénéficié de la logistique municipale.

Dans la 2 ème circonscription : Huguette Bello profite de la division de la droite

Huguette Bello (Pour La Réunion) a toujours le vent en poupe même si la municipalité a viré à droite en 2014. Briguant son cinquième mandat de députée, l’ancienne communiste bénéficie du soutien de « La France insoumise » de Jean-Luc Mélenchon, du PCR aussi. Et La République en marche tout comme le PS n’a investi aucun candidat face à la députée sortante. Huguette Bello a un boulevard devant elle d’autant que la droite part divisée à la bataille avec d’un côté Cyrille Melchior, candidat investi par la plateforme « Les Républicains/Objectif Réunion/UDI) et, de l’autre, Gertrude Carpanin, également élue de la majorité municipale Saint-Pauloise et conseillère départementale qui ne se cantonne pas dans le rôle du « pot de fleurs ».

Dans la 3 ème circonscription : le poids de Tak et du Tampon

Les carottes semblent déjà cuites pour le sortant Jean-Jacques Vlody qui ne sait d’ailleurs plus s’il est toujours socialiste ou s’il est définitivement « En Marche », lequel mouvement, faut-il le rappeler, ne veut pas de lui et a investi Carine Garcia venue de Saint-Paul. Cela dit, pas besoin d’être grand Clerc pour savoir que dans cette circonscription, tout dépendra de la capacité du maire André Thien-Ah- Koon à mobiliser ou pas autour de son poulain et adjoint Jacquet Hoarau de « France Réunion Avenir » (FRA). Ce sera un duel Municipalité-Région en sachant que Tak est à fond derrière Jacquet Hoarau tandis que que Didier Robert mise tout sur sa petite protégée Nathalie Bassire, conseillère régionale et fidèle du président de la pyramide inversée. A moins que l’électorat décide de rester dans la dynamique présidentielle et de donner sa chance à la candidate de « La République en marche », à savoir Carine Garcia ! Rien n’est moins sûr.

Dans la 4 ème circonscription : Anaïs Patel, une « petite » qui monte, qui monte…

La candidate de « La République en marche » présente plusieurs qualités : elle est belle et loin d’être bête, diplômée en droit, dynamique et avenante, simple et accessible, toujours souriante et elle s’exprime avec aisance. Elle connaît ses dossiers (elle vient d’écrire au ministre de l’Agriculture concernant la filière canne-sucre) et maîtrise le fonctionnement de l’Assemblée nationale qu’elle a arpenté durant ces cinq dernières années en tant qu’attachée parlementaire de Jean-Jacques Vlody. La jeune mère de famille pourrait également profiter du soutien de la communauté musulmane dans cette circonscription. A suivre donc, car Anaïs Patel, qui incarne cette nouvelle génération d’élus réclamée aujourd’hui par le peuple, pourrait créer la surprise dans la 4 ème circonscription. Face notamment à David Lorion (droite) et à Virginie Gobalou (PS/Progrès). Le premier qui est aussi vice-président du conseil régional et 1 er adjoint de Michel Fontaine, maire de Saint-Pierre, s’était déjà présenté aux législatives de 2002 dans cette circonscription. Il avait perdu. Cette fois, il risque de se faire « grapiller » des voix par deux de ses collègues de la majorité municipale, à savoir Hermann Rifosta, conseiller départemental « LR » – qui s’est vu récemment retirer ses délégations à la culture par Michel Fontaine – et par l’avocat Bernard Von Pine, tous deux contestant le choix du maire pour ces législatives. Lequel mettra tout son poids dans la balance pour permettre à son poulain d’être présent au second tour. Quant à la socialiste la syndicaliste et conseillère municipale de l’opposition à Saint-Pierre, Virginie Gobalou, la partie ne s’annonce pas facile pour elle car son parti, le PS, souffre aujourd’hui d’un manque certain de crédibilité. Sa qualification pour le second tour dépendra du degré de mobilisation de Patrick Lebreton, député sortant, et maire « Progrès » de Saint-Joseph. Sans compter aussi que Corine Bédier « France Insoumise » et Philippe Ghanty, transfuge de « LR » (qui se présente aujourd’hui sous l’étiquette FN), espèrent bien capitaliser les scores de Jean-Luc Mélenchon et de Marine Le Pen le 23 avril dernier. L’espoir fait vivre…

Dans la 5 ème circonscription : Ratenon en embuscade

Arithmétiquement parlant, Daniel Gonthier, maire de Bras-Panon et candidat de la plateforme « LR-OR- UDI » est donné favori dans cette circonscription qui ne compte pas moins de sept communes dont cinq de droite (Saint-André, Bras-Panon, Salazie, Plaine-des-Palmistes et Saint-Philippe). Mais ils sont douze à postuler, parmi lesquels Jean-Hugues Ratenon, un habitué de cette compétition qui, sans gros moyens, s’était illustré en totalisant près de 13% des suffrages en 2012. Si Gonthier est certain de se retrouver au second tour (à moins d’un coup de Trafalgar de ses collègues maires en misouk !), il ne sait en revanche pas avec qui il va croiser le fer le 18 juin prochain : Léopoldine Settama-Vidon, candidate investie par « La République en marche » ? Jean-Hugues Ratenon, candidat de « Rézistans 974 », qui a également le soutien indirect – mais non officiel – de « France insoumise » et du « PCR » ? Philippe Leconstant, le socialiste officiellement soutenu par le député sortant PS mais « Macroniste » Jean-Claude Fruteau ? Or, Léopoldine Settama-Vidon était la suppléante de Jean-Claude Fruteau de 2012 à 2017. A Saint-Benoit, Jean-Luc July (divers gauche), employé de Didier Robert à la Région devrait également réaliser un score honorable en prenant notamment des voix au candidat du PS. A noter par ailleurs que le discours social de Ratenon trouve un écho certain au sein de la population défavorisée de cette circonscription et qu’il passe pour être un défenseur des démunis, lui qui a initié plusieurs combats en faveur de cette frange de la population. Ne minimisons pas non plus la présence du Front national où Marine Le Pen a terminé première dans cette circonscription. Même si Marie-Luce Brasier n’est pas Marine Le Pen. Une chose est sûre, pour Ratenon, le « marmaille la kour », ce sera là ou jamais.

Dans la 6 ème circonscription : vers un duel Orphé-Ramassamy ?

La sortante Monique Orphé, socialiste investie par « La République en marche », à l’instar de sa collègue Ericka Baregts dans la 1 ère circonscription » joue gros dans cette élection. Elle devra tout faire pour s’offrir le meilleur score possible en vue du second tour. Sa principale concurrente a pour nom Nadia Ramassamy, candidate de la plateforme de la droite, soutenue notamment par Didier Robert et Jean-Paul Virapoullé. Mais à droite le jeu reste assez flou. Quid de la position de Jean-Louis Lagourgue, maire divers droite de Sainte-Marie ? Soutient-il Nadia Ramassamy sa collègue de la Région ou Didier Gopal (LVR, mouvement de Daniel Alamélou), son 6 ème adjoint à la mairie de Sainte-Marie ? On dit aussi que Jean-Louis Lagourgue donnerait un coup de main « en misouk » à Johny Adekalom, vice-président de la Cinor. Quid également du score de Gilles Leperlier, le jeune candidat communiste porté par Maurice Gironcel. Lequel n’a pu retenir Patricia Coutandy, une de ses adjointes, qui a décidé de partir à la bataille. Partie compliquée dans cette circonscription.

Dans la 7 ème circonscription : Thierry Robert favori mais affaibli

Le député sortant LPA et maire de Saint-Leu défraye quasi quotidiennement la chronique des Faits-Divers tant les plaintes à son encontre, en tant que promoteur immobilier, ne cessent de pleuvoir. « Bordé » par la République en marche avant de revenir par la fenêtre, Thierry Robert commence à voir sa côte de popularité quelque peu écornée. Les oppositions se multiplient face à lui. Jonathan Rivière (LVR), comme on a pu le voir dans le cadre du débat télévisé sur Réunion 1ère, a bien envie de lui régler son compte politique. Emmanuel Séraphin (PLR) a aussi Thierry Robert dans le viseur tout comme « La France insoumise » et le FN… La droite représentée officiellement par Fabrice Marouvin, adjoint au maire de Saint-Paul, et investi par la plateforme ne désespère pas de « déboulonner » le député sortant.
Mais la droite est divisée. Sandra Sinimalé, la fille de Joseph, maire de Saint-Paul, a maintenu sa candidature « LR », autorisée par Michel Fontaine. Et elle a compte bien défendre les couleurs de son parti et se faire un prénom. La rumeur publique laisse même entendre qu’au second tour, le clan Sinimalé pourrait soutenir le député sortant. A suivre !


Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "1 er tour des législatives à La Réunion : attention surprises ! /l’analyse d’Yves Mont- Rouge à J-2 du scrutin"

Notifier
avatar
Trier par:   le plus récent | le plus vieux | le mieux noté
KUNTA Kinté
Invité

Sur les 7 députés sortants nana Dimanche soir , au dépouillement … “ Ariv an kostime, ropar an mayo. “

NuArtrouV

Josselyn Fontaine
Invité

aucun candidat et candidate a parlé les 21pourcent des fonctionnaires qui touchent 35 a 45 pourcent la vie chère et 41 pourcent qui vivent sous le seuil de la pauvreté;surtout le pouvoir d;achat est basé sur ;lé 21 pourcent DES FONCTIONNAIRES

Marius Thibur
Invité

oooooui je pense !!!! à la réunion

Jean Yves Fessard
Invité

De toute façon gagne ou perde zote poche lé plein

dan97480
Invité

1euro30 par voie
pour les legislatives

wpDiscuz

Trafic routier

  • 16h31
    Sainte-Marie
    Piéton sur la 4 voies à proximité de Gillot, direction Sainte-Marie
  • 16h06
    Possession
    Piéton qui marche sur la 4 voies, en face de la station de la ravine à marquet, direction l'Ouest
  • 15h24
    Saint-Pierre
    Un pneu au milieu de la chaussée, avant le pont à proximité du Macdo, direction le Tampon
  • 15h08
    Saint-Paul
    Escabeau sur la chaussée, voie de dépassement, sur la 4 voies, avant l'entrée de la ville de Saint-Paul, direction Saint-Pïerre